Sélectionner une page

ACTION/DÉCISION : QUELLE OPTION FINALEMENT CHOISIR ?

par | Sep 22, 2021

Par Sylvain

de chelous.fr

Synthèse en vidéo

Article

Prendre la bonne décision… Un vrai souci, pour moi, qui essaye de tout contrôler, de regarder un problème sous tous ses angles, avant de me décider. Envie de prendre la meilleure décision, qui me permettrait d’associer « accomplissement personnel » et « sécurité ». Et la sécurité, c’est me prémunir des agressions extérieures, des confrontations, des agressions, du rejet.

Alors, j’essaye de tout étudier. De tout anticiper. Mais je sens, rapidement, que je ne pourrai jamais tout maîtriser. La malveillance humaine pourra toujours frapper à tout moment, alors pour ne pas m’aventurer, je ne vais pas tenter. Inaction. Et du coup, admiration pour les gens qui osent, qui se lancent. Seulement, rapidement, je comprends que s’ils agissent aisément, avec autant de facilité, c’est que leur vision du monde est plus limitée. Simplifiée. Moins nuancée. Et du coup, ils agissent, mais portent une forme de brutalité en eux, de ne pas chercher à comprendre l’autre. A voir ce qui motivent l’autre. Ils jugent rapidement. Mettent dans des cases, beaucoup. Et ce manque de considération de l’autre, me paraît alors aussi incomplet que l’inaction totale, rester passif.

Je veux donc trouver comment agir, en me protégeant au maximum, en respectant, en saisissant les différentes positions des autres. Et là, je comprends aujourd’hui que ma motivation première ne va pas d’être 100% sécurisé par un chemin. Une alternative. Mais 100% dégoûté par l’autre chemin, l’autre éventualité proposée. Par exemple, changer de vie, tenter une reconversion, dans l’écrit, le coaching, je n’ai aucune certitude en moi. Par contre, rester 40 ans, à faire le même travail, dans des contextes professionnels aussi durs, je sais que cette voie est une impasse. Ne m’apportera que de la tristesse jusqu’à la fin de mes jours. Donc je décide de quitter cette impasse, non pas : par garantie de succès, mais par garantie de malheur si je reste tel quel actuellement.

Pareil, pour faire un site, ou proposer des vidéos. Je n’ai aucune garantie que c’est bien ce que je fais. Que ça va être utile. Mais si je n’ose pas, je vais être dégoûté de moi. Me dire que je n’ai pas eu le courage. Et je préfère proposer du contenu, même si la qualité n’est pas parfaite, plutôt que de rester dans mon fauteuil à ne rien faire, à ne pas avoir eu le courage.

Ca n’a pas toujours été le cas. Un moment, la sécurité dans un travail traditionnel, me parlait plus que le besoin d’accomplissement. A une période, la sécurité d’analyser le travail des autres, d’acquérir des connaissances, d’accumuler le plus de connaissances avant d’oser : observer à cette période me parlait plus que de me lancer absolument. La priorité de nos besoins change tout au long de notre vie. Je pense que le principal est de s’écouter. De ne pas se forcer. Comme en CNV, se demander : « si j’avais opté pour cette option, quel besoin chez moi j’aurais satisfait. Et finalement, en optant pour l’autre option, quel besoin j’ai privilégié au final.

S’écouter. Demander à son corps, à son intuition. Et comprendre ce qui se joue en soi, même si on n’agit pas. Car ne pas agir, est une forme d’action. C’est une décision aussi. Et de comprendre pourquoi, ça me permet d’avoir plus de clarté, de mieux accepté une phase d’inactivité.

Tout finira par arriver… Si l’intuition ressent que tel besoin devient prioritaire, et qu’il est le moment de se lancer, et d’oser.

J’avais d’ailleurs envie d’écrire cet article depuis un moment. Mais justement, ce n’était pas encore le moment… Jusqu’à aujourd’hui…